La plus haute Croix de mission
du Monde

ARCO - Le Corbusier / Firminy

Sommaire

Accueil

Présentation de l'Association

Dossiers de l'Association

Contacts

Liens

Recherche sur notre site :

 

 

 

DEBAT
à propos de la Dorure du Christ

Nombreux sont les stéphanois, ceux qui croient au ciel comme ceux qui n’y croient pas, à nous avoir manifesté leur satisfaction, souvent leur bonheur, de voir réapparaître le Christ de la Croix de mission dans toute sa noblesse.

Mais l’unanimité n’existe pas, les quelques voix divergentes entendues, soulèvent des questions intéressantes

> Un internaute sur Zoomdici « de l’or affiché dans une ville pauvre ! »

Réponse d’ARCO : 1. Le principe de la Restauration d’un Monument est de le restituer dans son état d’origine.

En ce qui concerne cette statue il est indiqué dans les textes de l’époque que « le Christ est en fonte dorée » or, lors de la fusion de la fonte il n’est pas possible d’ajouter à l’alliage un élément susceptible de rendre la fonte dorée. Donc sur la fonte, comme sur tous les autres métaux, une dorure peut être appliquée.

Une peinture dorée était tout à fait improbable car, en extérieur, les pigments de ce type de peinture n’ont pas de stabilité et noircissent. Du reste, lorsque l’échafaudage fut installé et que l’on put se trouver au niveau même de la statue, on pouvait observer qu’à l’endroit où la peinture s’était écaillée apparaissaient des éclats d’or. Le responsable de l’Entreprise, Monsieur Patrice GOHARD, nous a confirmé qu’il s’agissait bien de dorure à la feuille.

2. Certes on peut annoncer, comme le fait cet internaute, que Saint-Etienne est « une ville pauvre » , puisque les loyers y sont les plus bas de France et puis, on peut aussi proclamer, comme le fait ARCO, que c’est une ville riche : - riche de son triomphe industriel, - riche aussi des vertus de ses habitants : volontaires, comme l’actrice Muriel ROBIN, fraternels, comme le Père Emile GRANGER, intrépides, comme le Président Roger ROCHER.

3. Par ailleurs, bien d’autres villes de province bénéficient de monuments dorés à la feuille : le Puy-en-Velay, Nancy, Sens, Rennes, Béziers, Reims…, sont-elles des villes riches ?

4. Saint Etienne n’a-t-elle pas besoin, comme les autres villes, de prendre de temps en temps la lumière ?

> Une lectrice d’une affiche à l’église Sainte Marie de la Visitation « GABGIE ! et la pauvreté de Jésus ? »

Réponse d’ARCO En effet, Jésus était l’absolument pauvre : « Le Fils de l’Homme n’a pas où reposer sa tête » (Matthieu 8,20) Jésus lui-même a déclaré « Heureux les pauvres de cœur ».

Du reste, Evangile ou pas, nous sommes aujourd’hui invités à vivre sobrement et à ne pas gaspiller les richesses limitées de notre planète.

Toutefois, pour revenir à la figure de Jésus, s’il glorifie les humbles et encourage à ne pas nous encombrer du superflu, il est un cas où il nous exonère de toute retenue et va jusqu’à louer la dépense excessive, citons : « Une femme vint, avec un flacon d’albâtre contenant un nard de grand prix. Brisant le flacon, elle le lui versa sur la tête. Or il y en eut qui s’indignèrent entre eux. A quoi bon ce gaspillage de parfum, ce parfum pouvait être vendu plus de 300 deniers et donnés aux pauvres et il la rudoyait. Mais Jésus dit : Laissez-la ; pourquoi la tracassez-vous ? C’est une bonne œuvre qu’elle a accompli sur moi. Les pauvres, en effet, vous les aurez toujours avec vous et quand vous le voudrez vous pourrez leur faire du bien, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. Elle a fait ce qui était en son pouvoir : d’avance elle a parfumé mon corps pour l’ensevelissement. »

Et cet hommage, rendu par une femme au corps sacrifié du Christ, tous les évangiles en parlent. Soit sous l’intitulé : l’onction de Béthanie, dans Marc 14 3-9, dans Mattieu 26 6-13, dans Jean 12 1-8 Soit sous l’intitulé : le repas chez Simon, dans Luc 7 36-5.

N’est-ce pas cette même démarche, qu’ont voulu accomplir 60 mécènes, pour que soit répandu de l’or sur le corps de ce Christ mort, couronné d’épines ?