Jacques STRIBICK
Intervient au Conseil municipal du 4/11/13

 

A la suite de l’abandon de ses délégations,
Jacques STRIBICK exprime devant le Conseil Municipal,
au-delà d’un regard sur les deux décennies passées et d’un souhait pour celle à venir,
son Acte de foi en la Ville.



04/11/13

Dés lors qu’on l’embrasse dans sa totalité,
Saint-Etienne, Par essence, est une bonne ville.

Quand nous voulons bâtir un projet,
ne doit-on pas commencer par nous asseoir et nous poser ces 2 questions ? :
    
a-t-on recueilli les avis compétents?

Ce projet va-t-il valoriser nos atouts,
améliorer la représentation que Saint-Etienne donne d’elle-même, en interne et en externe.

En interne
il s’agit du Visage de la ville,

en externe
il s’agit  de son Image.


Pour le Visage
Nous avons à faire l’effort de définir nos objectifs,
à partir de là établir le cahier des charges, fil conducteur de nos réalisations.

Qui mieux que nous, les stéphanois, savons ce qui est bon pour Saint-Etienne ?

Qui mieux que nous, les stéphanois, connaissons les vrais points forts sur lesquels s’appuyer ?

Utilisons nos atouts de paysages urbains et nous en avons.

Utilisons nos atouts architecturaux et nous en avons.

Installons des gestes artistiques contemporains capables d’ajouter du sens et de la beauté à nos rues et nos places.

C’est sur ces bases, que nous pouvons, dans une grande liberté,
 faire appel aux compétences extérieures.

Mais attention ! Sans ce discernement préalable,

> Ne donnons les clés de la ville à personne.

> Ne laissons carte blanche à aucun architecte,
 cela a été trop souvent fait avec les résultats que l’on voit,
 au Nord, au Sud… et au Centre.

Saint-Etienne est une belle ville, pleine de sens, même dans ses contradictions,
 pour peu que l’on sache la porter toute entière en nous, dans son unité,

et, si elle prend parfois de mauvais chemins,
ce n’est pas la faute de l’Etat, de la Région, ou du département,
mais la nôtre.


Pour l’Image Extérieure,
c'est-à-dire la manière dont les français nous perçoivent.

Cette image est négative, en ce qu’elle est très en dessous de notre réalité.

Pourquoi faut-il la modifier ?

Parce qu’elle pénalise notre évolution démographique et notre développement économique.

Tout d’abord,
 éliminons ce qui ne marche pas :

- Confondre Communication Interne et Externe.
- Mélanger les messages
- Mettre en exergue nos difficultés.
- Faire de la communication globale média.
- Utiliser nos personnalités comme hommes ou femmes sandwichs.

En revanche,
 utilisons les Grands Vecteurs de Communication dont disposent les collectivités :

- L’Evènement Grand Public d’Audience Nationale.
- Le Monument Significatif, capable de susciter l’intérêt, l’étonnement,
  d’être en permanence porteur de signe.
- Les Hommes ou les Femmes qui font l’actualité,
  lorsqu’il y a juxtaposition entre leur brillante image et une réalisation précise de notre territoire.


Mais cela est-il à notre portée ? Bien sûr que oui.

- L’évènement Grand Public d’Audience Nationale ?  Potentiellement nous l’avons,
  Est-ce par manque de vision ou par intellectualisme
  que nous l’avons cantonné à un succès communal.

- Le Monument Significatif ? son cahier des charges est en train d’être enfanté,
  certes dans la douleur, sur l’Espace-Signal le plus emblématique de la Métropole.

- Les Hommes ou les Femmes qui font l’actualité ?
nous en avons dressé, avec une minutie de comptable, la liste,
puissions-nous l’utiliser avec subtilité, pour en tirer les bénéfices.

Ainsi soit-il !


Portons à notre boutonnière, les distinctions singulières de Saint-Etienne :

> Seule ville de France couronnée de l'étoile avec les dix titres de champion de France de l'ASSE

> Seule ville de France désignée par l’UNESCO : Ville Créative du Design.

> Seule ville de France façonnée par 7 collines.

Finalement, on en revient toujours à la même constatation :
Dés lors qu’on l’embrasse dans sa totalité,
Saint-Etienne, Par essence, est une bonne ville.

Cela reste mon dernier mot.

J.S.

Retour

Page d'acceuil