Une pétition pour sauver
la Manufacture Nationale d'Armes
de Saint-Etienne

 

ALERTE A LA MANU !

La Manufacture Nationale d'Armes de Saint-Etienne,
ensemble monumental unique en France
en tant que cité industrielle du second Empire,
est actuellement menacée.

1. Une cité industrielle exemplaire, d'intérêt mondial

Elle constitue un élément remarquable de l'expression architecturale industrielle au XIXème. Son importance est telle que sa mise en présentation intéresserait les visiteurs du monde entier (voir les précisions dans les demandes de classement d'urgence au Ministre) .

1.1 L'utopie de Claude Nicolas LEDOUX réalisé
La Manufacture Nationale d'Armes de Saint-Etienne, comme le nouveau Paris conçu par Napoléon III, est ordonnancée tel un jardin à la française, c'est-à-dire entièrement de conception géométrique ; les parcs destinés à l'aérer étant par contre, eux, dessinés à l'anglaise, c'est-à-dire dans une conception naturaliste.
Cela s'explique certainement par la fidélité au plan en échiquier des villes idéales de Cabet et de Owen.

Ville dans la ville, il sera nécessaire d'apprécier cette réalisation dans la mouvance de la pensée utopique, suivant l'esprit des premiers théoriciens de l'urbanisme qui va de Thomas MORE (1478-1535), Etienne Louis BOULLEE (1728-1799), Claude Nicolas LEDOUX (1736-1806), Saint Simon (1760-1825), Charles FOURIER (1772-1837)… à Le Corbusier.
Toutefois, pour la plupart d'entre eux, il s'agissait encore d'anticipation, non de réalisation.

1.2 Une destruction injustifiée
Aujourd'hui, la castration de cet ensemble architectural majeur ne connaît aucune justification
car le Centre du Design que Saint-Etienne veut réaliser peut parfaitement s'établir sans mettre en cause l'intégrité du site comme cela a été fait aux abattoirs de Toulouse, aux entrepôts LAINE de Bordeaux, aux archives du monde du travail à Roubaix, etc…
car, de plus, au même endroit, existent des disponibilités foncières considérables correspondant aux démolitions des usines du GIAT, disponibilités représentant plus de 2 fois la surface de la Manufacture Nationale d'Armes originelle.
car, enfin, et mieux encore, le Centre stéphanois du Design pourrait être établi dans une position d'extrême visibilité à l'entrée nord de la ville, en face du Musée d'Art Moderne, dans un parc de 17 ha.

Pour toutes ces raisons, il convient de s'opposer à la disparition de la réalité et de la signification de la Manufacture Nationale d'Armes de Saint-Etienne.

C'est pourquoi nous vous proposons de remplir la pétition ci-dessous

1.3 Première information

Les Amis du Vieux Saint-Etienne
L'association ARCO
Sites et Monuments (S.P.P.E.F.)

Saint-Etienne, le 15 novembre 2004

 

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Vous méritez d'avoir une information simple et claire sur l'avenir de la MANU (ou MAS).

Elle va être décapitée !
Pourquoi et comment en sommes-nous arrivés là ?

Rappelons tout d'abord

que les anciens établissements du GIAT recouvrent une surface d'environ 40 ha alors que la
Manufacture Impériale (la MANU), incluse dans cet ensemble, recouvre seulement 10 ha

que la Manufacture Impériale a été construite sous le second Empire en 2 ans (1866-1868),
constituant un énorme chantier employant plus de 1000 ouvriers.
Après avoir été, pendant un siècle et demi, source de richesse économique et sociale (ses effectifs
ont le plus souvent évolué entre 10 000 et 18 000 emplois) , elle nous laisse un précieux héritage :

selon Bernard TOULIER, Conservateur en Chef des Monuments Historiques,
«  son ordonnancement, sa monumentalité et sa trace dans la ville en font un ensemble d'intérêt national  »
selon Daniel VALLAT, ex-directeur de l'Ecole d'Architecture de Lyon,
«  C'est l'ordonnance du plan, son ampleur, sa géométrie, l'intégrité de sa composition font de cet
ensemble industriel cohérent un « objet » remarquable
 »
Bernard CEYSSON, ex-conservateur du Musée d'Art Moderne de St-Etienne, les approuve.

Faut-il vraiment détruire la Manufacture Impériale pour réaliser le Centre du Design ?
Pas du tout ! et même au contraire ;
Saint-Etienne peut à la fois bénéficier de la présence du site majeur de sa Manufacture Impériale et de celle du Centre du Design,
trois solutions favorables existent :
le grand architecte français Rudi Riciotti propose de se glisser dans la peau des édifices dans une démarche proche de celle de la pyramide du Louvre

le projet de l'agence berlinoise LIN, retenu par le jury, peut judicieusement être positionné sur les vastes terrains libérés par la destruction des bâtiments du GIAT

Une Architecture-Signal s'établirait magnifiquement sur le site d'extrême visibilité de la Doa, à l'entrée de la Métropole stéphanoise, devant le Musée d'Art Moderne.

Finalement, quelle est donc la priorité de Saint-Etienne Métropole ?
réaliser le Centre du Design ou démolir la Manufacture Impériale ?

 

Que nous apporte la conservation de la Manufacture Impériale ?

La présence d'un parc urbain splendidement ordonné, rare à Saint-Etienne

Eviter le gaspillage de la démolition de bâtiments en parfait état pour en construire d'autres

Permettre de garder et de se développer la richesse générée par les 150 emplois du département Archives et production de documents de l'armée française (EDIACAT)

Réaliser l'extension prévue du Musée d'Art Moderne, à peu de frais, dans les bâtiments existants

Pour le grand public européen, comme la cité médiévale de Pérouges, comme la cité moderne LE CORBUSIER à Firminy, offrir à Saint-Etienne la cité industrielle idéale, une Manufacture Impériale, véritable dépaysement historique et culturel avec ses hôtels particuliers, ses pavillons administratifs, l'architecture classique de ses ateliers de production, son réseau de galeries souterraines, ses jardins à l'anglaise, ses rues et ses places.

A chaque ville son erreur, l'exception stéphanoise, c'est d'en vouloir une seconde

A Lyon, c'est le centre multimodal de Peyrache, à Saint-Etienne, c'est le parking-blockhaus des Ursules . Or, voilà que l'on veut nous refaire, 30 ans après, le même mauvais coup.
Comme si une erreur monstrueuse n'avait pas suffi,
et pourtant c'est bien la même !

Même destruction d'un ensemble harmonieux 

Même occupation d'un espace de respiration urbaine

Même suppression d'une perspective remarquable

Seule légère différence : le parking-blockhaus des Ursules est signé d'un grand nom de l'architecture stéphanoise, le Centre du Design-tombeau est signé d'un grand nom de l'architecture berlinoise…

Aujourd'hui, ce Monument, notre Bien Commun, a besoin de vous .

 

1.4 Modèle de lettre au maire

 

1.5 Modèle de pétition

 

 

 

Page précédente /Retour/Page suivante

Page de garde / Sommaire
1/2/3/4/5/6/7/8/9/10/11/12/13/14/15/16/17/18

Page d'acceuil