15. Autour de l'avis de la CRPS


15.1 AMERE VICTOIRE

Michel THIOLLIERE a gagné, il va pouvoir démolir légalement la MANU.
Certes, théoriquement, il ne pourra pas éventrer, comme il l'avait prévu, la grande usine dite « le double H », ni « revisiter » les jardins suspendus, mince consolation.

Une fois de plus, nous subissons son mode de fonctionnement : un projet établi sans aucune concertation entraînant, une fois connu, une manifestation de mécontentement, et pour conclure, le passage en force.

C'est une amère victoire pour 71 % des Stéphanois qui souhaitent conserver la partie frontale de la Manufacture Impériale.
C'est une amère victoire pour Saint-Etienne qui perd ainsi son seul Monument d'Intérêt National.
C'est une amère victoire qui, après le parking-blockhaus des Ursules, nous amène une deuxième catastrophe urbaine, celle-ci délibérée et irréversible.
C'est une amère victoire pour notre redéploiement économique qui doit faire son deuil de tout développement touristique.
C'est une amère victoire pour la Cité du Design qui voit s'envoler une chance de s'identifier fortement dans le paysage français du design.
C'est une amère victoire pour l'association ARCO qui avait proposé, en pionnier, dès janvier 1989, la réalisation d'un Centre National de Design à Saint-Etienne.

L'enfer est pavé de bonnes intentions ; que vont apporter à Saint-Etienne les énormes investissements en cours : une fête de la ville dispendieuse, dite « trans-urbaine », organisée dans un capharnaüm, une 2 ème ligne de tram destructrice, un zénith surdimensionné, 250 000 m² de bureaux sans preneur, notre ville en sortira-t-elle raffermie ou exsangue ?

Les Stéphanois vont-ils avoir bientôt besoin d'une « trans-fusion » ou devront-ils poursuivre de façon plus accélérée leur « trans-humance » ?

Quoiqu'il en soit, lorsque ce seront dissipées les phrases creuses et les promesses exagérées sur l'effet messianique de la Cité du Design, restera la réalité des démolitions estivales annoncées, fruit d'une erreur manifeste d'appréciation et de l'entêtement d'un seul homme, gravées en 2 mots, dans l'histoire humaine de notre ville, SACRIFICE INUTILE.

(en cas de publication, il convient de considérer ce texte comme indivisible)

15.2 M. Thiollière est désavoué
COMMUNIQUE
DE PRESSE
le 10 juin 2005

LA CITE DU DESIGN APRES L'AVIS DE LA CRPS En réalité, M. Thiollière est désavoué

La Commission Régionale du Patrimoine et des Sites s'est donc prononcée, comme nous l'avions demandé voici plusieurs mois. Il aura fallu le lancement d'actions en justice des associations pour que le Préfet de Région finisse par la réunir !

Son avis, rendu hier, recommande la protection de toute la Manufacture, à l'exception des bâtiments dont le Maire a programmé, seul, la démolition au moment où il a défini le cahier des charges de la Cité du Design.

Naturellement, Michel Thiollière crie victoire.

Et une nouvelle fois, il commet un grave contre-sens, pour au moins deux raisons :

1/ Sur le plan patrimonial : tout, dans cet avis ciselé au millimètre pour que le Sénateur-Maire ne soit pas explicitement contredit, devrait l'inciter à préserver la totalité de l'ensemble architectural existant. Puisque la partie Est (jardins, place d'armes, grille) d'un coté, et les parties centrale et Ouest (Bâtiment de l'horloge, Bâtiments en H) de l'autre ont un intérêt officiellement reconnu, comment justifier entre eux l'érection de la platine et de la tour du projet Geipel ? Car à la différence de la Pyramide de Peï au Louvre, ce projet crée une césure majeure dans l'ensemble existant. Et ceci ne peut-être imputé à l'architecte : le seul responsable est celui qui a défini pareil cahier des charges sans se poser la question de la valeur patrimoniale de la Manufacture. En réalité, l'avis de la CRPS constitue un désaveu du cahier des charges de M. Thiollière.

2/ Sur le plan urbanistique et symbolique : à travers ses « grands projets » et quelques opérations médiatiques éphémères, M. Thiollière s'est lancé depuis quelques mois dans un « chamboule-tout » urbanistique dont les seuls effets clairement perceptibles résident aujourd'hui dans le désastre programmé des finances de l'agglomération.

L'avis de la CRPS devrait au contraire l'amener à concevoir un véritable projet urbain, raisonnable et cohérent, qui s'appuie sur l'histoire et la culture de la ville au lieu de vouloir brutalement les effacer.

(Communiqué en pièce attachée)


Maurice VINCENT
Président du groupe des élus de gauche
A Saint-Étienne Métropole


15.3 Manufacture Impériale de Saint Etienne, les défenseurs du lieu ont raison
COMMUNIQUE
DE PRESSE

le 16 juin 2005

 

Jeudi dernier, la Commission Régionale du Patrimoine et des Sites s'est longuement réunie pour la Manufacture stéphanoise et a proposé au Préfet d'inscrire à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques la majeure partie du site.

L'attachement des stéphanois
Les Verts stéphanois notent que ce premier pas vers la protection du site est une victoire des associations de défense du patrimoine. Victoire car en un an de lutte acharnée, les associations ont réuni des milliers de signatures et encore plus de soutiens divers. La population s'est mobilisée au point que la municipalité et St Etienne Métropole n'ont jamais pu tenir une réunion sur le sujet sans rencontrer une vive opposition de personnes connues ou anonymes. Les stéphanois ont montré leur attachement à ce patrimoine et à l'histoire sociale que représente ces lieux, tant par les milliers d'employés qui y ont travaillé, que par ceux qui y travaillent encore au sein d'Ediacat. La simple liste des noms de ceux qui sont inscrits sur le monument aux morts est un symbole de l'intégration sociale qui a été réalisée à St Etienne durant le dernier siècle.


l'intérêt national des bâtiments Napoléon III
Aujourd'hui, la CRPS a affirmé le caractère capital des jardins suspendus qui dans le premier projet de centre du design étaient arasés au niveau du mur ; St Etienne Métropole doit maintenant garantir le maintien des jardins à l'anglaise et non leur remaniement. La CRPS a confirmé l'intérêt de la grille monumentale, de la place d'armes et même du monument aux morts, alors que le premier plan ne prévoyait de garder que le portail et le deuxième plan de l'architecte présentait un portail conservant juste un petit morceau de grille. Les sages de cette commission ont confirmé l'intérêt national des bâtiments Napoléon III qui étaient menacés de lourds remaniements, un plan récent de la ville de St Etienne montrait le remplacement de toutes les petites largeurs des "H" par des constructions de verre et de métal.


Les retournements de Michel Thiollière
Lors de la CRPS, le maire de St Etienne a accepté le classement d'une partie du lieu. Que de retournements il aura fallu à Michel Thiollière pour arriver à cette conclusion. Début 1998, il demandait le classement du site. Puis début juillet 2004, il le démantelait en partie, et récemment au conseil syndical de St Etienne Métropole, il traitait les défenseurs du lieu de passéistes nostalgiques du second empire. Et, enfin dans une pirouette dont il a le secret, il demandait la défense du lieu.


La demande de classement de la totalité da la Manufacture impériale
Après l'avis de la CRPS, les Verts stéphanois demandent au Préfet d'inscrire rapidement le site à l'inventaire des monuments historiques. Les Verts solliciteront une nouvelle fois le Ministre pour qu'il analyse, hors de tout choix politique, le classement de la totalité da la Manufacture impériale d'armes de St Etienne. Les Verts demandent à Jean-Jack Queyranne, président de la Région, Pascal Clément, président du Conseil général et Michel Thiollière,
président de St Etienne Métropole et maire de St Etienne de réétudier le projet pour le positionner ailleurs et sauver la cour d'honneur. Les Verts demandent donc aux collectivités concernées de ne garder que les solutions qui conservent les bâtiments administratifs et des directeurs. Les Verts ne comprendraient pas que le permis de construire de la tour-observatoire puisse être accordé dans la situation actuelle.

Les Verts demandent à tous les industriels et décideurs locaux de se mobiliser pour le centre de design, non pas pour soutenir le projet architectural de la municipalité, mais pour apporter du contenu économique et culturel au projet qui reste bien vide.

Les Verts appellent les stéphanois à participer à la conférence des associations Amis du Vieux St Etienne, Arco et SPPEF qui aura lieu à la faculté de lettres le Mercredi 22 Juin à 16h.


Olivier LONGEON
Conseiller municipal de St Etienne
Marie BERGER
porte-parole du groupe des Verts St Etienne


15.4 La Cité du Design va-t-elle s'installer sur la mutilation d'un monument historique


La qualité monumentale et historique de la Manufacture d'Armes de Saint-Etienne est enfin reconnue.

La C.R.P.S. (Commission Régionale du Patrimoine et des Sites) du 9 juin a recommandé son inscription à l'I.S.M.H. (Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques).

Mais paradoxe inouï, malgré l'évidente nécessité d'une protection totale, la C.R.P.S. s'est prononcée, à une courte majorité, pour une protection partielle, alors que le monument conservé dans son intégralité, présente une organisation cohérente d'espaces et de bâtiments qu'on ne peut démembrer sans effacer le sens et l'esthétique de l'ensemble.

Ainsi est exclue de la protection, on croit rêver, la partie la plus noble du site, sa perspective triomphale : la cour d'honneur, les bâtiments remarquables qui la forment, les ailes et les « châteaux » des directeurs inséparables des jardins.

On reste sans voix devant une décision aussi aberrante.
Va-t-on livrer aux pelleteuses la figure même de la Manufacture ? Tandis que tout est propice à un dialogue harmonieux et fructueux entre la Manufacture Impériale intacte et la Cité du Design en projet, va-t-on choisir le conflit d'architectures, tous les rejets, toutes les incohérences et toutes les laideurs qu'il peut entraîner ?

La Cité du Design, concept auquel les associations adhérent, faut-il le rappeler ?
Va-t-elle s'installer sur la mutilation d'un monument historique ? Quel handicap de départ !

Les Stéphanois, leurs descendants vont-ils perdre le seul ensemble architectural d'intérêt national de leur ville ? Les responsables seraient irrémédiablement associés à cet acte de vandalisme.

Nous remercions les habitants de Saint-Etienne qui, privés d'une vraie concertation, atteints dans leur affectivité, leur mémoire, leur bon sens et leur légitime sentiment de fierté, manifestent par millier leur indignation, nous leur demandons de rester mobilisés.

Quelle sera l'issue de cette lamentable affaire ?
La raison va-t-elle finir par se réveiller ?

Les Amis du Vieux Saint-Etienne / ARCO / S.P.P.E.F.

 

 

 

Page précédente /Retour/Page suivante

Page de garde / Sommaire
1/2/3/4/5/6/7/8/9/10/11/12/13/14/15/16/17/18

Page d'acceuil