9. Référendum par sondage

9.1 Pourquoi, faire un sondage ?

Les Amis du Vieux Saint-Etienne, les associations arco et SPPEF ont ressenti l'urgente nécessité de poser cette question aux Stéphanois lambda, pourquoi ?

La municipalité stéphanoise a toujours présenté la Manufacture Impériale comme le «  fleuron architectural du patrimoine de la ville  ».

La DRAC, dès 1997 l'a qualifié de «  site important, représentatif de l'histoire industrielle de la ville, d'ensemble architectural très imposant  ».

De plus, en avril 2002, le magazine de la ville « Saint-Etienne Aujourd'hui » publiait le plan de mandat 2001-2007 pour Saint-Etienne et les Stéphanois sous le titre « Reconversion du site GIAT-Carnot » : «  Parce qu'il porte en lui une part de notre histoire, le site du GIAT a une dimension symbolique très forte. C'est pourquoi nous avons choisi d'y installer, dans le bâtiment dit « d'honneur » le futur Centre International de Design, qui incarnera demain le nouveau dessein de notre ville »

Tout convergeait, la Manufacture Impériale de Saint-Etienne allait bénéficier d'une reconversion respectueuse, conforme à l'intérêt national de cet ensemble monumental.

Ainsi, quelle ne fut pas leur surprise, alors qu'un total secret avait été gardé sur la nature du concours architectural, lorsqu'à l'entrée de l'été les associations ont appris, de la bouche même de l'architecte lauréat, l'obligation que le cahier des charges lui avait faite de s'installer sur la partie frontale de la Manufacture Impériale (il réitérera officiellement cette situation en déclarant : «  qu'il souligne d'abord que le cahier des charges imposait de bâtir sur cette partie du site, et pas ailleurs  » Libération, Mardi 3 août 2004).

Curieusement, cette discrétion se poursuivit après l'annoncé du résultat du concours :

•  Un panneau dit d'information, simple illustration du projet lauréat, était apposé dans le hall du musée d'art moderne, endroit fort peu fréquenté par les Stéphanois

•  Lors de la Foire de Saint-Etienne, une maquette d'architecte présentait ce même projet lauréat, sa lecture était réservée beaucoup plus aux spécialistes qu'au grand public

•  Quant aux 3 autres propositions non retenues, elles ne furent présentées nulle part, évitant ainsi toute confrontation et tout débat

•  Le numéro d'octobre de « Saint-Etienne Aujourd'hui » (magazine de la ville) sur une page consacrée au projet de la Cité du Design, présentait en illustration de l'article et sur 4 colonnes le projet conservant tous les bâtiments de la Manufacture Impériale et… recalé au concours. Le projet lauréat destructeur étant lui relégué en bas et à gauche de la page

•  Le numéro de décembre du même magazine aborde la question de l'aménagement du quartier de Carnot mais élude à la fois celle de l'implantation du Centre de Design (sur le plan-masse, ce bâtiment n'est même pas désigné) tout comme celle de la destruction de la partie frontale de la Manufacture.

Cependant, les associations ouvraient, dès le mois d'août, une pétition soutenant à la fois l'idée d'un Centre de Design et la conservation de la Manufacture Impériale.

Mais quelques 3000 signatures plus tard, un constat s'imposait, la majorité des Stéphanois n'était toujours pas au courant de la réalité du projet de Centre de Design, notamment de son exact positionnement.

Il était donc urgent de connaître l'opinion des Stéphanois. Une seule solution, la leur demander.

Modalités et nature du sondage

Les personnes contactées ont été prises au hasard dans l'annuaire téléphonique (Pages blanches). Seuls les particuliers ont été retenus, car seules des personnes physiques peuvent exprimer une opinion.

Un courrier d'explication avec illustrations leur a été adressé. Ensuite, l'intervention a été menée par téléphone et les questions suivantes ont été posées :

- âge,
- sexe
- catégorie socio-professionnelle
- faut-il décapiter la Manufacture Impériale ? (oui / non / abstention)
- citer les 3 ensembles architecturaux les plus importants du département de la Loire.

Outre un encouragement souvent réitéré aux associations de poursuivre leur action, le commentaire le plus fréquemment enregistré était à double volet :
d'une part, « il est intéressant de réutiliser le site »,
d'autre part, « c'est une grave erreur de le mutiler »:
« Il ne faut pas détruire mais réaménager pour en faire quelque chose de bien »
« Avoir un projet, c'est bien mais garder le patrimoine »
« Projet sympa, mais ailleurs »

L'âge moyen des interviewés : 57 ans est proche de celui de la population stéphanoise.
Le hasard des contacts nous a amenés à mener une interview avec une dame âgée de 100 ans laquelle nous a dit, à propos des destructions sur la Manufacture « c'est une bêtise ».

CONCLUSION

Les réponses enregistrées donnent, cette fois, une véritable tendance quant à l'opinion des Stéphanois sur la question du projet lié à la Manufacture Impériale.

Cependant, le débat local se trouverait véritablement enrichi s'il était procédé comme le permet la loi à une consultation des électeurs d'une commune dans le cadre de la participation des habitants à la vie locale (loi n° 92-125 du 6/02/1992).

Sur une question de cette ampleur, le débat démocratique serait bonifié par l'organisation d'un référendum local.

 

9.2 Lettre envoyée aux personnes sondées

Amis du Vieux Saint-Etienne
Hôtel de Villeneuve – 13 bis rue Gambetta 42000 St Etienne
Société pour la Protection des Paysages et de l'Esthétique de la France
Notre Dame de Grâce – 42170 Chambles
Association arco
16 rue du Général Foy 42000 St Etienne
(agréée au titre de l'environnement pour le département de la Loire)

 

Décembre 2004


Référendum
par sondage () voir en bas de page
Faut-il détruire la Manufacture Impériale d'armes ? (dite la MANU ou MAS)

Madame, Monsieur,

Etes-vous informés sur la destruction qui menace aujourd'hui la Manufacture Impériale de Saint-Etienne ?

Nous avons jugé utile, vu l'importance de la question, de recueillir votre avis.

Avec ses rues, ses places, ses jardins, ses bâtiments d'habitation, d'administration et de production, elle constitue, selon les spécialistes, un ensemble unique en France.

Et, pour nous Stéphanois, elle représente la page la plus glorieuse de notre histoire industrielle, tout en nous offrant aujourd'hui, un ensemble harmonieux, une place, maintenant ouverte, entourée des jardins suspendus, des châteaux de directeurs et de trois pavillons en pierres taillées et briques, une magnifique perspective.
Doit-on, comme on l'a fait il y a 30 ans avec le parking-blockhaus des Ursules, supprimer cette belle place dont nous disposons désormais ?

La réalisation du Centre du Design nécessite-t-elle un tel sacrifice ?
Pas du tout ! car nous disposons d'au moins trois excellentes solutions pour réaliser le Centre du Design (qui, par ailleurs, peut effectivement présenter un atout de développement pour la ville de Saint-Etienne), soit :
utiliser les beaux bâtiments existants , en excellent état, comme l'a étudié dans le concours l'architecte Rudy RICCIOTI () en annexe
positionner ce centre sur les vastes terrains libérés boulevard Thiers , face au Zénith
l'établir dans une Architecture-Signal sur le site très en vue de la Doa, à l'entrée de la métropole stéphanoise, devant le Musée d'Art Moderne .

Ainsi, non seulement la conservation et la mise en valeur de la Manufacture Impériale ne gêne en rien la réalisation du Centre du Design mais, au contraire, elle lui apporte l'enrichissement d'un voisinage d'un exceptionnel intérêt.

Maintenant que vous êtes informés des enjeux, nous nous permettrons, dans les jours qui suivent, de vous téléphoner pour recueillir votre avis sur la question : « Faut-il détruire la Manufacture Impériale ? »

N'hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez des renseignements complémentaires.

Recevez, Madame, Monsieur, nos meilleures salutations.

 

Pierre TROTON
Président des Amis du Vieux Saint-Etienne
Expert près la Commission Européenne
DG Education et Culture

Jacques STRIBICK
Délégué Général d'ARCO
Membre de la Commission
Départementale des Objets Mobiliers
Franck MAUREL-SEGALA
Délégué départemental de S.P.P.E.F.
Membre de la Commission Départementale
des Sites, Perspectives et Paysages

 

() Pour exemple, Michel DURAFOUR, alors maire de Saint-Etienne, avait organisé un référendum pour savoir si les Stéphanois approuvaient la destruction de l'hôtel-de-ville.

 

 

9.3 Résultat du sondage

 

 

Page précédente /Retour/Page suivante

Page de gard / Sommaire
1/2/3/4/5/6/7/8/9/10/11/12/13/14/15/16/17/18

Page d'acceuil